• Le design comme vecteur de lien social
    Shadow
    Slider

Comment faire une boîte artistique

Bonjour et bienvenu à toi 🙂

Il y a fort à parier que tu sois une femme.

J’ai appris dernièrement qu’une grande majorité de mes lecteurs étaient en réalité des lectrices. J’avoue avoir été flatté par la nouvelle. Depuis je me pose beaucoup de questions…

Toi qui consulte cet article. Qui peux-tu bien être ? Quel est ton âge ? D’où viens-tu ? Qu’est-ce qui t’intéresse dans la vie? Et surtout. Que viens-tu chercher sur ce blog ?

Toutes ces questions restent en suspends et  j’aimerais y apporter une réponse…

Quand j’ai su qu’il y avait plus de femmes que d’hommes j’ai pensé  » Merde! je dois faire des articles qui puissent intéresser la gent féminine. Il faut plus de fleurs, plus de cœurs, plus de petits chats mignons, plus de mode, plus de chaussures, plus de sacs, plus de bijoux… » (j’exagère délibérément) Ce serait  totalement réducteur comme pensée. N’est-ce pas?

– Quelle est la meilleure chose à faire alors ? = Te demander ton avis.
(clique ici et participe au sondage du blog)

En attendant ton « feedback » je continue à proposer. Du coup  je suis parti sur l’idée d’une boîte à bijoux, mais pas une boîte comme celle que l’on retrouve dans le commerce. Non. Ce serait une boîte originale, pensée par un artiste, un truc détourné de sa fonction première.
Mais au final j’ai changé d’idée en voyant la multitude de bons tutoriaux sur Youtube. Je me suis dit que ce que j’avais à proposer n’était pas mieux…Ai-je eu raison de penser ça?

J’avais quand même envie de confectionner une boîte, je ne sais pas pourquoi. Donc j’ai réalisé une petite recherche avec les mots clés boites et art et je suis tombé sur le travail de Joseph Cornell.

« Joseph Cornell, artiste américain né en 1903 à Nyack dans l’état de New York est bien l’une des personnalités les plus touchantes et atypiques du monde de l’art. Proche de Marcel Duchamp avec qui il a collaboré à la réalisation de ses Boîtes-en-valise ainsi que des surréalistes, les productions artistiques de Joseph Cornell demeurent néanmoins uniques en leur genre et sont irréductibles à toute tentative de classification.

Cornell est un rêveur, un contemplatif avide de beauté et d’horizons lointains. N’ayant jamais voyagé en dehors des Etats-Unis, c’est depuis son atelier, depuis la fenêtre de sa chambre ou du fauteuil de son jardin qu’il rêve le monde. Décelant de la beauté aussi bien dans la grâce d’une ballerine, dans la pureté et l’innocence de l’enfance que dans les petites choses du quotidien, il laisse à sa mort en 1972, une œuvre infiniment riche et poétique.
D’une grande sensibilité, l’artiste dédia la majeure partie de sa vie à s’occuper de Robert, son jeune frère handicapé. Ce serait d’ailleurs pour divertir ce frère qu’il aimait tant qu’il aurait confectionné sa toute première boîte.
Selon Sylvie Ramond, commissaire de l’exposition Joseph Cornell et les Surréalistes à New York, c’est cependant en 1936 avec SoapBubbleSet que l’artiste inaugure la première d’une longue série de boîtes en bois vitrées qui le feront ensuite connaître du grand public.

Dans ses boîtes, Cornell élabore des microcosmes où s’entremêlent rêve et réalité. Ces petits lieux qu’il crée de toutes pièces, ne ressemblent en rien à des lieux réels mais évoquent davantage des «théâtres poétiques» selon ses propres termes. Nostalgique d’un monde passé, les boîtes qu’il réalise sont constituées d’objets divers (verres, pipes, coquillages, dés à coudre, papillons, cartes du ciel, sphères de bois, oiseaux de papier, etc.) qu’il déniche chez les brocanteurs et antiquaires ou au coin des rues de Time Square ou de la Sixième Avenue. Au-delà de l’aspect délicat et poétique de ses œuvres, le réemploi d’objets sans grande valeur témoigne de la réelle affection qu’il éprouve pour eux. Vestiges et témoins d’un passé révolu, Cornell leur fournit un dernier écrin en leur conférant ainsi « une (relative) immortalité».

source: histoiredelartcollective: les-boites-de-joseph-cornell

Je ne sais pas ce que t’en pense mais je trouve l’idée du « théâtre poétique » très forte. Je t’invite aujourd’hui à réaliser ton propre » théâtre poétique », ta propre histoire. Une boîte pleine d’objets qui te ressemblent, avec des photos des collages des dessins …
Alors, viens, viens compter ton histoire.
.

joseph-cornell-box-1-artfordplmus

Untitled (Medici Princess), 1952-1954.

joseph-cornell-box-2-artfordplmus

Untitled, 1956-1958.

Untitled, 1956-1958.

A Pantry Ballet (For Jacques Offenbach), 1942.

 

.


Slider

 

box-image-1-artfordplus box-image-2-artfordplus box-image-3-artfordplus

Est-ce que cet article t’as été utile ? Laisse ton avis en bas dans les commentaires : )

Abonne toi à la newsletter pour ne pas manquer les prochains et profiter des avantages du blog!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *