• Comment faire une sérigraphie 2
    Shadow
    Slider

Développer sa créativité: Le défi Charbon

Bonjour et bienvenue à toi 🙂

Ces derniers temps ont été difficiles. J’ai encore connu une période creuse sans inspiration. Une période pleine de doutes, vraiment démotivante. Dans ces moments-là, on culpabilise de laisser passer un temps si précieux à ne rien faire…
Aujourd’hui les choses vont beaucoup mieux et j’ai repris du poil de la bête. C’est à ce titre que je me lance un défi sur 7 jours. Le Challenge consistera à réaliser une production par jour autour du charbon de bois. Pourquoi le charbon ? Il y a de cela longtemps  mon frère à réalisé un totem qu’il à recouvert de charbon de bois écrasé, le rendu était juste saisissant. Depuis l’image du totem m’est resté en tête mais je n’ai jamais  donné suite à cette idée. Maintenant c’est fait! Le but  de cet exercice est également de me pousser à créer, à développer ma créativité, ma rigueur etc…
Tu devrais essayer! Cette liberté dans la contrainte peut se révéler très surprenante et très enrichissante.

 

Mercredi 26 Avril 2017, premier jour du défi.

Au-delà du temps de réalisation qui se révèle relativement long. La première difficulté est de trouver une idée qui intégrera à part entière le charbon dans une création. De plus, je me suis rajouté une contrainte en utilisant uniquement des éléments issus de mon environnement immédiat. Mais le plus stressant est de constater qu’on réfléchit encore à ce que pourrait faire alors que la journée arrive à son terme.
Heureusement j’ai eu une « illumination » quand mes yeux sont tombés sur des coquilles d’œufs qui traînaient dans ma cuisine. J’ai vu quelque chose à exploiter dans ces fragments de formes arrondis et lisses. Une chance que je les avais gardées, car d’habitude elles se retrouvent directement dans la poubelle.

Jeudi 27 Avril 2017, deuxième jour du défi.

J’étais parti sur l’idée de prolifération, avec un élément qui part du centre pour aller vers la périphérie. Mais on a bien plus l’impression de quelque chose qui s’étale…L’élément en question est une matière plastique biodégradable dont la texture se rapproche de celle de la peau. J’ai mis en lambeaux ce plastique que j’ai ensuite plongé dans de la poudre de charbon à plusieurs reprises. Cela a eu pour effet de teinter  les différents morceaux d’un noir matte.(J’avais l’impression de voir de la peau de chauve-souris). La clé doré au milieu n’a aucune signification particulière. Elle a juste pour rôle de casser la dominante noire de l’ensemble ni plus, ni moins.

 

Vendredi 28 Avril 2017, troisième jour du défi.

j’avais une idée assez claire de ce à quoi devait ressembler cette troisième proposition. Cependant le rendu ne concorde pas exactement avec ma vision, ce qui est souvent le cas dans la création. Un personnage qui n’est pas sans rappeler la faucheuse, la mort ou un dieu de la mort s’est révélé à ma grande surprise durant le processus de création. L’idée de départ était de créer quelque chose qui semble flotter (le crâne) avec des éléments qui sortent de cette chose pour arriver au sol, non pas de créer un personnage. Peux-être y vois-tu autre chose? Toutes interprétations restent libres.
(Pour la petite histoire j’ai eu recourt à un fruit pour permettre la fixation du crâne…)

 

Samedi 29 avril 2017, quatrième jour du défi.

Que dire de cette proposition. En soit elle est plutôt réussit, il me semble en tout cas. Seulement la premier cliché ne rend pas compte de tous les détails qui font le charme de l’ensemble. À savoir les fragments  de charbon et l’aspect même du plastique travaillé et noirci. A la base j’ai dessiné le corbeau au centre avec un mélange de charbon écrasé et de colle à bois. Ensuite j’ai placé mes lambeaux de plastiques noircis pour finir le bas du corps. Mais le résultat ne me satisfaisait pas. Trop banal. Donc j’ai rajouter deux autres corbeaux pour enrichir le travail.L’un fait de charbon de bois écrasé et de lambeaux de plastique (gauche) , l’autre avec des lambeaux uniquement (droite).

  Dimanche 30 Avril 2017, cinquième jour du défi.

Tenter de produire un espace, une scène, une atmosphère avec un sujet central était l’objectif de cette
5 ème proposition. J’ai pensé que la photo permettrait d’atteindre ce but, notamment avec la prise de vue très rapprochée. J’ai débuté par la confection du sujet, une sorte d’animal pas vraiment identifiable même si son aspect pourrait rappeler celui d’un pingouin. Ensuite, j’ai placé mon décors le plus simplement possible avec du charbon et du plastique abîmé (fond). Je pensais vraiment obtenir un beau rendu, finalement le résultat est pour ma part des plus banale. Il manque quelque chose, un élément qui viendrait renverser l’ensemble. Mais quoi ?

.

 

lundi 01 Mai 2017, sixième jour du défi 

Une longue réflexion a précédé la réalisation de cette 6 ème pièce. Un peu comme pour le 1er jour du défi, il fallait trouver l’objet qui allait déclencher le processus de création. J’ai eu l’idée d’utiliser une sculpture en papier mâché confectionnée pour un projet future. Une tête. J’ai vraiment hésité avant de le prendre pour ce travail, car j’étais incertain du résultat que cela pourrait donner de plus j’en avais besoin pour mon projet à l’avenir. Finalement, j’ai décidé de prendre et je ne regrette pas. Dès le moment où j’ai posé le plastique noir sur ce visage, les choses se sont enchaînées rapidement dans la tête. Je savais exactement quoi faire comme proposition. J’ai rajouté deux excroissances sur la sculpture pour donner plus de caractère au visage. J’ai réduit le charbon en morceaux grossiers pour couvrir le visage du personnage. Ensuite, le plastique a été placé comme un vêtement sur la sculpture un peu comme les habitants du dessert. Et enfin j’ai installé mon fond.

.

Mardi 02 Mai 2017, septième jour du défi.

Connais-tu le pokémon bulbizarre ? Je me suis inspiré de ce petit quadrupède pour la réalisation de cette dernière pièce. Bulbizarre porte un bulbe sur son dos, c’est un peu comme un organe, un élément essentiel à sa survie. L’idée d’un organe extérieur, porté sur le dos par un être vivant m’a intéressé. Donc je me suis lancé. J’ai réalisé une armature métallique basée sur un dessin de loup. Une fois fini j’ai procédé au modelage du corps à l’aide de papier aluminium. C’était plus difficile que prévu et j’ai manqué de patience. Le corps de l’animal manquait de volume. Ensuite, j’ai recouvert le tout d’une fine couche de papier-mâché pour uniformiser le tout. Puis j’ai  rajouté l’ « organe » fait en papier-mâché sur le dos de l’animal et deux cornes au niveau du crâne.  J’ai recouvert la pièce  de charbon concassé et de poudre de charbon pour enfin peindre le tout. Je souhaitais intégrer plus d’éléments d décoratifs, mais réflexion faite ça en ferait  peut-être trop. Je me suis arrêté là.
Le résultat est mitigé…

 

Ce qui est ressorti de ce 1er défi.

Cette toute première expérience s’est révélée des plus enrichissante. J’ai repris conscience que les limites et les exigences que l’on s’ imposent peuvent être de réels vecteurs de création. L’utilisation obligatoire du charbon de bois ainsi que la limite temporelle imposée m’a poussé à réfléchir cette matière noire afin d’en déceler toutes les exploitations possibles et cela le plus rapidement possible. C’était plutôt inconfortable comme situation, car je suis une personne assez lente. Mais au bout du compte cette gymnastique de l’esprit dans l’urgence m’a permis de proposer des pièces intéressantes en produisant différemment que d’habitude. Je suis sorti de ma zone de confort et cela  a développé un peu plus ma créativité.

Le plus difficile c’est le début, car on ne voit pas quoi faire précisément. On sait juste que le temps est compté et qu’on doit intégrer le charbon dans notre création. On se concentre trop sur les contraintes qui régissent le défi et cela nous bloque. La meilleure chose à faire dans ce cas-là c’est de se lancer. Même si on ne sait pas clairement où cela peut mener, il faut faire quelque chose. De bonnes surprises peuvent nous attendre.

Au fil des jours la mécanique se met en place et on a de plus en plus de facilité à produire des choses. Mais attention à ne pas justement tomber dans la faciliter en refaisant les mêmes choses…Les résultats ne sont jamais exactement ce à quoi on pense. C’est un peu la loterie. On s’attend parfois à un superbe rendu, mais au final on est déçu. Et parfois on s’attend à un rendu banal alors qu’il est superbe.

Je dirais pour terminer que cet exercice est à expérimenter pour tout(es) celles et ceux qui souhaitent développer leur créativité, rebooster leur pratique et se remotiver à créer. Croyez-moi ça marche vraiment ! Lancez-vous !

Cette article t’as intéressé ? Abonne toi à la newsletter pour ne pas manquer les prochains et profiter des avantages du blog!

 

.

Facebook Comments

2 commentaires

  1. J’adore le résultat du 2ème jour, avec la clé au centre. Les autres sont aussi interessants, tous très différents les uns des autres.
    Et le principe des défis qu’on s’impose est un bon exercice en général. Tout dépend des contraintes qu’on se fixe et qui complique le travail.

    • Oui visiblement c’est celui que tout le monde préfère. Perso c’est pas celui dont je suis le plus fière.
      C’était une première pour moi ce défi. Très bon exercice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *