• Comment faire une sérigraphie 2
    Shadow
    Slider

La prodigieuse richesse de l’univers de MP Gautheron

 

 

Si l’abondance de couleur unit à la profusion de détails s’exaltent dans un harmonieux dialogue, c’est pour donner naissance au somptueux travail de Marie-Pascale Gautheron.

Fille d’une artiste peintre, Marie-Pascale connait dès son plus jeune âge l’excitation de la création artistique.
Elle fréquente différents cours ainsi qu’ateliers et se forme aux cotés de sa mère, professeure d’art. Il n’est donc pas surprenant que la jeune femme s’oriente vers un Bac artistique, suivie d’un BTS design graphique, pour finir avec un Master d’art plastique.

 


L’univers de Marie-Pascale est une véritable explosion de couleurs, une charge colorée qui émerveille le regard autant qu’il le sature. Les nombreuses couleurs choisies avec soin, sont manipulées d’une main de maître. Elles s’organisent et s’additionnent à la perfection dans un formidable jeu de contraste. Quant aux différentes formes structurant sa création, elles produisent un effet de mouvement excitant qui participe au dynamisme du rendu. Mais le plus impressionnant reste les motifs. Ils constituent un véritable foisonnement de formes démultipliées à l’infinis, qui envahie et magnifie toute la surface de l’œuvre.

 

.
Il y a une forte présence des animaux dans la création de la jeune femme qui souligne (peut-être) sont attachement à ces-derniers. Pourtant, l’élément le plus récurent reste le crâne. Il est partout, dans les peintures comme dans les sculptures. 

Marie-Pascale affirme aujourd’hui nourrir une fascination pour cette cavité osseuse, qui jadis suscitait la peur chez elle. Peindre le crâne avec toute cette abondance de couleurs et de formes est devenue un moyen d’exorciser cette peur. Elle se l’ai approprié. D’ailleurs, le traitement qu’elle en fait, n’est pas sans rappeler les crânes présents dans l’art mexicain. Le Mexique, un pays où la mort est fortement ancrée dans la culture, perçue comme le miroir de la vie et non pas comme une fatalité. Coïncidence ?
Même si on y voit une proximité, l‘artiste affirme qu’« il n’y a pas d’inspiration direct » à cet art.
.

 

Il faut savoir que ce travail haut en couleur, est avant tout un travail autobiographique (mythologie personnelle).
Une œuvre en rapport direct avec son enfance, son vécu son imaginaire intime, mais aussi son parcours, ses expériences de vie et ses sensations.
Les animaux, les crânes, les jeux de regards…sont autant d’éléments porteurs de sens cachés.

 C’est justement ce contraste qui m’intéresse, parler des sujets tabous qui nous entourent comme la mort, l’agression, la persécution et la souffrance tout en leurs redonnant une beauté par la couleur, les motifs et la profusion de détail. 

.

.

Marie-Pascale souhaite simplement provoquer des sensations chez le spectateur. Elle aimerait que celui-ci interprète librement ce qu’il voit pour s’imaginer sa propre histoire. Elle accorde une importance particulière, au fait que le spectateur soit dans une perpétuelle redécouverte de son œuvre. Ce qu’il remarque aujourd’hui, doit être différent de ce qu’il voit demain.

.

.

Concernant le travail sur toile ou panneau, l’artiste débute toujours par élaborer ses compositions à l’aide de l’ordinateur. L’outil informatique lui permet de mieux appréhender la construction de son travail, bien plus que si elle dessinait directement sur son support. De surcroît cette méthode lui fait gagner du temps et lui donne la possibilité de se rapprocher au plus près de la vision qu’elle a en tête. Au final c’est seulement après cette étape que Marie-Pascale entame sa réalisation.

 

 

Pour la partie sculpturale, Marie-Pascale commence par réaliser ses pièces en résine ou en plâtre sur lesquelles elle dessine des formes spontanément. L’idée est que l’ensemble reste symétrique et harmonieux. Elle enchaîne avec la couleur, les multiples formes sont remplies et deviennent des aplats colorés qui se mêlent dans une composition équilibrée. Le résultat en soi est déjà très esthétique, mais l’artiste ne s’arrête pas là.
C’est maintenant que se déroule la phase la plus longue mais aussi la plus jouissive de son œuvre : la réalisation des motifs. Elle constitue pour la plasticienne un moment thérapeutique qui la met dans un état de repos extrême.

 

.

Voilà un univers qui saura j’en suis sûr marquer les esprit et susciter admiration du plus grand nombre. 

 

Pour suivre l’actualité de Marie-Pascale et voir plus de travaux :

Cette article t’as plu ? Alors abonne toi à la newsletter pour ne pas manquer les prochains et profiter des avantages du blog!

 

 

 

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *